Chocolatiers L'Enseigne

par Jean-Claude Montauriol  -  #le billet du jour

Exemple d'un produit manufacturé d'excellente qualité by Cofféa...

Exemple d'un produit manufacturé d'excellente qualité by Cofféa...

Pâtisseries : les enseignes

Bonjour,

Aujourd’hui, pour un vrai artisan c’est difficile… la crise atteint également les pâtissiers chocolatiers glaciers, cela depuis plus d’une décennie. Côté enseigne, il y a du ressentiment à plus d’un titre.

Tout patron qui a son CAP et/ou Brevet de Maîtrise de pâtissier qui s’installe peut mettre les trois spécialités en effigie de sa boutique, en plus de son nom ou nom de sa marque.

Le CAP est l’examen unique qui valide les trois spécialités, il faut quand même, pour les plus exigeants, pratiquer une année complémentaire pour mention chocolatier.

Cependant, avec le manque de législation en matière d’enseigne, tous mettent en valeur les trois, mais ils sont beaucoup moins nombreux, voir rares, ceux qui couvrent la totalité des compétences de ces termes.

Seuls ceux qui font tout eux-mêmes peuvent arborer l’enseigne, ce qui ne signifie pas qu’ils sont les meilleurs… ce serait trop facile, non ?

D’autres font la pâtisserie et une petite partie de leurs chocolats afin de pourvoir à leur manque de temps ou de compétences en faisant appel à des maisons spécialisées dans les chocolats « façon manufacturés » (pour la plupart excellents au demeurant). Le pâtissier souhaite les « intégrer » à sa production, il veille donc à bien choisir sa gamme… et c’est là ou le bât blesse, il ne devrait pas afficher « chocolatier », mais « chocolats » !

Il en est de même que pour les boulangers : seuls ceux qui fabriquent et cuisent leur pain sur place ont droit d’écrire « boulangerie » sur leur enseigne.

Le tout, c’est que les consommateurs ne soient pas dupés par ces pratiques, que les vrais chocolatiers ne soient pas concurrencés par des usines, aussi compétentes soit elle. Cela nous ramène à 2 remarques : toujours le « problème » de l’uniformisation du goût et par ailleurs, le fait que les marques manufacturées régulièrement « distinguées »  (ruban bleu, …) ne diffusent pas que des Formule 1…

A quand l’obligation d’arborer le macaron « Maître Artisan Chocolatier » ? de même pour les pâtissiers.

Bon, on en reparle, d’accord ? 

^_^