Augier Amandine

par Jean-Claude Montauriol  -  22 Juillet 2014, 17:38  -  #le billet du jour

Premier "clap" ce matin 3 aout, les premiers d'une longue série de pains bio au levain naturel à la farine écrasée avec des meules de pierre.
Premier "clap" ce matin 3 aout, les premiers d'une longue série de pains bio au levain naturel à la farine écrasée avec des meules de pierre.Premier "clap" ce matin 3 aout, les premiers d'une longue série de pains bio au levain naturel à la farine écrasée avec des meules de pierre.
Premier "clap" ce matin 3 aout, les premiers d'une longue série de pains bio au levain naturel à la farine écrasée avec des meules de pierre.Premier "clap" ce matin 3 aout, les premiers d'une longue série de pains bio au levain naturel à la farine écrasée avec des meules de pierre.Premier "clap" ce matin 3 aout, les premiers d'une longue série de pains bio au levain naturel à la farine écrasée avec des meules de pierre.

Premier "clap" ce matin 3 aout, les premiers d'une longue série de pains bio au levain naturel à la farine écrasée avec des meules de pierre.

Suite au 22 juillet où je vous parlais d’une fumée noire qui sortait de la cheminée du boulanger (non pas de nouveau Pape ni de fumée sans feu) : la première fournée a eu lieu ce matin du 3 août, pour une mise en route, François le boulanger commence à prendre ses marques sous la houlette de Yan Demaitre, avant le jour J, le 8 août.

 

Rappel :

Cela faisait bien longtemps (au moins 5 ans) que la boulangerie Amandine 1900  (avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny à Caudéran) ne faisait plus cuire son pain avec ce magnifique four à bois fabriqué par Voisin, qui vient d’ailleurs d’être restauré par le fils de son concepteur.

Ce sont les premiers essais pour une petite mise en chauffe de vérification en présence de M. Augier le repreneur,  de Yann Demaître, de l’association La femme du boulanger, et des différents corps de métier nécessaires pour pomponner ce joyau.

Un petit laboratoire pâtisserie « sucré -salé-» en prévision. Là, il faut vous dire que le propriétaire a une formation de cuisinier, a voyagé au Canada puis a investi dans un petit hôtel à Bordeaux, place Tourny.

C’est un guerrier du feu plutôt du genre placide, un passionné de cette méthode toutefois. Il prend son temps. Quand je lui demande s’il va fournir les restaurants du coin… pas de promesses, juste confiant ! Il commencera sa production en vitesse de croisière au début du mois d’aout (et ouvrira le 8, ça c’est du sûr), pendant que vous serez en vacances. Bon, tout cela est bien réfléchi pour pouvoir se mettre en place sans bruit, non ?

Pour ce faire, M. Augier suivra une formation de boulanger, de septembre 2014 à juin 2015… Donc, affaire à suivre !

Je reviendrai sur cet événement parce que, comme la nature reprend ses droits, l’art du feu renaît de ses cendres dans le fournil au fil du temps, grâce à la volonté d’un professionnel et au savoir-faire d’un leader, Yann Demaître, qui brulait ( !) d’impatience de mettre la main à la pâte…

^_^

Les différents corps de métier...

Jean-François au chalumeau...
Jean-François au chalumeau...Jean-François au chalumeau...Jean-François au chalumeau...

Jean-François au chalumeau...